Que disent les chats… par Flore De Clercq

By on 17 décembre 2017
Que disent les chats

Que disent les chats

Que disent les chats… quand on leur pose les bonnes questions interroge Flore De Clercq, communicatrice animalière. Une question si basique que l’on oublie souvent de se la poser lorsque l’on adopte un chat. Or le chat, désormais considéré comme un être sensible par la loi, communique et dès lors qu’une communication est possible, quelle que soit la forme empruntée, il y a réciprocité, échange entre l’animal – le chat – et l’homme « référent » ou « d’attachement », bref l’adoptant, sans distinction de genre.

Communicatrice animalière ? medium ? Flore De Clercq possède des capacités singulières lui permettant d’entendre ce que pensent les chats, ce qu’ils expriment, un don de perception privilégié qu’elle met au service de la cause féline. Grâce à cette prédisposition innée, l’auteur peut améliorer de manière significative les relations entre le chat et son adoptant en vue d’une animal-humanisation durable. Flore De Clercq entend les joies et les peines, les doutes des chats et, en les formulant à leurs adoptants, elle favorise une relation fluide et équitable, égalitaire et fondée sur un respect mutuel. Elle contribue à instaurer un lien de confiance bilatéral, au quotidien et aussi lorsqu’il est question de séparation puisque la mort fait partie de la vie. Elle rend conscients le vécu émotionnel des chats, leur place au sein du foyer ou en extérieur, leur vie sociale, leurs besoins élémentaires, leur santé, leurs maux, leurs états dépressifs dès qu’un changement surgit, leur disparition, au profit d’une relation partagée, basée sur l’écoute, l’attention et l’empathie. Elle termine par la légende des neuf vies des chats.

 

Les neuf vies des chats (Julia Deuley)

« Un vieux matou, mathématicien émérite, mais fort distrait et incroyablement paresseux, somnolait à l’entrée d’un temple. De temps à autre, il entrouvait un œil pour compter les mouches du voisinage et replongeait presque aussitôt dans sa douce léthargie. Shiva vient à passer par là. Émerveillé par la grâce naturelle, toute féline, que l’animal avait conservée, malgré son embonpoint considérable dû à son oisiveté, le Seigneur des Mondes lui demanda :

-Qui es-tu et que sais-tu faire ?

L’autre, sans même entrouvrir ses paupières, marmonna :

-Je suis un vieux chat très savant, et je sais parfaitement compter.

– Magnifique ! et jusqu’où peux-tu compter ?

-Mais voyons, je peux compter jusqu’à l’infini !

-Dans ce cas, fais-moi plaisir. Compte pour moi l’ami, compte…

Le chat s’étira, bâilla profondément, puis, avec une petite moue de dédain amusée, se mit à réciter :

-Un… deux… trois… quatre…

Chaque chiffre était prononcé d’une vois plus murmurante et vague. À sept, le chat était à moitié endormi. À neuf, il ronflait carrément, abîmé dans un sommeil béat. 

-Puisque tu sais seulement compter jusqu’à neuf, décréta le grand Shiva, souverain des Sphères, je t’accorde neuf vies. 

C’est ainsi que les chats disposèrent de neuf existences. Mais Shiva, qui était aussi un subtil philosophe, médita longuement. Le matou lui avait assuré qu’il pouvait compter jusqu’à l’infini. Certes, il s’était arrêté au chiffre neuf, puis s’était endormi. Or, le sommeil, sans nom, sans forme, sans pensée, n’est-il pas une fidèle préfiguration de l’infini ? Alors, Shiva compléta son décret : au bout de ses neuf vies, le chat accéderait directement à la félicité suprême. »

 

La communication féline

 Le chat possède neuf vies et davantage encore. Il dispose de capacités hors du commun : une ouïe clairaudiente, une vue clairvoyante de jour comme de nuit, un odorat toujours en éveil, une discrétion féline, un sens de l’observation à nul autre pareil, des pouvoirs surnaturels notamment de guérison, une agilité leur permettant de survivre dans n’importe quelle situation et de retomber sur leurs pattes, des capacités cognitives et mnésiques rares. Le chat réconforte ; il aime, il apaise, il adoucit la vie, la rend meilleure, il allège les lieux étouffants, il purifie et surtout, il aime sans condition pourvu qu’il ait choisi son adoptant. Comme le précise l’auteur : « Le chat étant un animal déterminé, il va sans dire qu’il est le mieux placé pour définir les modalités de son confort personnel », afin de pourvoir à ses besoins les plus impérieux : le sommeil et la toilette, le jeu et la chasse, le ronronnement auprès de son adoptant. Flore De Clercq prouve, par l’exemple, au travers de nombreux témoignages qu’elle a pu éprouver avec des chats, dans diverses situations (stress, désintérêt, jalousie, inquiétude, allaitement, maladie, maternité, stérilisation, alimentation, etc.), qu’ils expriment bel et bien leurs états d’âmes, leurs pensées, leurs attentes, leurs sentiments et émotions. Certes l’auteur communique avec eux au sens littéral pour restituer aux adoptant leurs pensées. Cependant les adoptant, en observant et en écoutant leur animal, à qui ils ont un jour décidé de faire une place dans leur existence, sont tout autant en mesure d’identifier le mal-être ou le bien-être de leur chat et d’accommoder leur comportement en conséquence. La communication n’est jamais qu’une affaire de bon sens et d’attention portée à autrui, pour rechercher l’harmonie et l’équilibre.

 

Que disent les chats… quand on leur pose les bonnes questions. Flore De Clercq. Préface de Richard Blostin, vétérinaire. Éditions Le Courrier du Livre, Trédaniel. 270 pages illustrées. 19,90 euros.

TAGS

LEAVE A COMMENT

#lanouvelleolympe
Rueil-Malmaison (92)

Petite Chatte-de-Van, je suis mi-Arménienne, mi-Bretonne. J'ai été retrouvée abandonnée dans une station balnéaire du Finistère Nord un jeudi du mois d'août. Blanche immaculée, je suis génétiquement sourde. Je me positionne comme la porte-parole des chattes handicapées, exilées, maltraitées, réfugiées et résistantes. A travers l'écran, je mène à présent une vie socialement divertissante et épanouie, dans la sphère culturelle et artistique parisienne.

Rejoignez-moi !