Chiens & Chats

L’exposition de vos vacances, en famille à Paris !

Exposition : Chiens et Chats
Exposition : Chiens et Chats

Où l’on découvre les origines latines du chat : Felis catus, de la famille des félidés, mammifères carnivores. Où l’on apprend qu’en France, 11,4 millions de chats sont recensés. Où l’on nous aide à reconnaître les robes de chats, dont les tailles et silhouettes sont à peu près semblables, même si trois types morphologiques permettent la distinction : bréviligne (type persan), médioligne (type européen) et longiligne (type oriental).

Mesdames-Messieurs les commissaires de l’exposition à la cité des sciences et de l’industrie, j’ai une question : lorsque l’on est, comme moi, une chatte bretonne d’origine arménienne, donc occidentale d’origine orientale, suis-je médiolongiligne ? A méditer #meow

Bref, le LOOF (Livre Officiel des Origines Félines) admet neuf couleurs de robe, dont la mienne : blanche, et huit patrons officiels : solide (uni), le mien. Nous sommes prêts à défiler … Attention, il s’agira de tenir compte de notre grande souplesse, permise grâce à l’agencement de nos 250 os (ELLE, ma maîtresse en a environ 206) et d’une minuscule clavicule reliée au sternum par un ligament unique.

Où l’on sait de source sûre que la reconnaissance des races date de la fin du XIXè siècle, en procédant à une description morphologique précise : le standard. Chaque animal est répertorié, ses géniteurs sélectionnés et accouplés de façon « raisonnée » et la descendance balisée. Il existe des catégories « champion » … Ce chat de gouttière par exemple, nullement péjoratif, reconnu pour son saut en hauteur, qui lui permet de se réfugier au sommet d’un arbre grâce à un saut de cinq fois sa hauteur. Ne jamais sous-estimer ce chat …

Sens

Tous chats confondus, nous avons du goût : détestons ce qui est amer, mais apprécions le doux et le salé, et ne reconnaissons pas le sucré. Le chocolat ? Beurk. Pas #meow du tout. En réalité, notre goût est moins développé que nos autres sens, et ce qui fait d’une croquette sa différence réside davantage dans son odeur, sa texture. Notre toucher se manifeste grâce à nos vibrisses, les poils sur nos moustaches, notre menton et nos sourcils. Nous sommes connectés aux variations et la pression de l’air. Notre champ de vision est plus large que le sien, à ELLE, puisque je vois à 280° (ELLE ? 180°) : heureusement que je suis à ses côtés pour la guider ! En particulier la nuit, puisque les chats disposent d’une vision nocturne acérée grâce au tapis luisant qui renvoie la lumière vers la rétine. Oui, c’est complexe : nous sommes des êtres subtils… Pour ce qui est de notre odorat, là encore nous adoptons un comportement singulier grâce au flehmen qui permet d’inhaler les odeurs par l’organe voméro-nasal. Pour sentir, concrètement, je fronce mon nez et ma lèvre supérieure … Observez bien. Enfin, moi je suis sourde (les chats blancs sont génétiquement sourds), mais sinon, mes amis chats ont l’ouïe fine (50.000 Hz, contre celle de nos maîtres, 20.000 Hz).

Comportement

Où l’on se forme aux techniques de communication, qu’ELLE a éprouvées avec moi suite à l’exposition. Par exemple, je griffe son canapé, cela me permet de réaliser une sorte de manucure, mais pas que. Je carde les meubles pour baliser pour territoire, de manière olfactive et visuelle. Ou encore, ELLE a compris que même si suis bien nourri, j’irai chasser à la première occasion, je suis avant tout un prédateur –qui n’a rien à voir avec une quelconque forme d’agression, ne pas confondre. C’est aussi ma manière de lui ramener un cadeau.

Influences

Le chat est le meilleur ami de l’homme, d’ELLE en particulier, et des artistes en général. Inspirant Charles Perrault, Alice dans son pays merveilleux, Pierre et le loup, Le Carnaval des animaux, Colette, Pierre Loti, Frédéric Vitoux, Philippe Geluck, Karl, Disney, T.S. Eliot, Tim Burton, Rhodia Bourdelle dans son musée, Bonnard, Gilles Verdiani, Olympe de Gouges, ma figure tutélaire, et même les Chamanes…. Je sais bien que je suis moi-même devenue une muse-créatrice, et j’en suis fière.

Abandon et maltraitance

Derrière ce tableau doré, se cache la face sombre de l’exposition. Chaque année en France, 100.000 chats sont abandonnés, comme je l’ai été moi-même un jour d’été, devenant trop encombrante sur les plages des vacances. Les lois n’encadrent pas assez cela : que ce soit la « loi Grammont » en 1804 sensée punir les mauvais traitements envers les animaux domestiques. Le Code civile rangeait encore les animaux dans la catégorie des « biens meubles » jusqu’en 2014, où nous sommes enfin reconnus comme « des êtres vivants et doués de sensibilité ». Une patte en avant, encore timide. Je passerai sous silence les actes de cruauté qui font l’actualité, si peu punis.

C’est d’ailleurs pour ces raisons que j’ai décidé de m’engager, à ma manière : à travers mon blog romanesque, sur lequel je chronique aussi l’actualité féline, sur mes réseaux sociaux, dans mes chansons (2 CD et partitions), un roman, et d’autres surprises que je vous réserve. J’entends bien affirmer la place des femmes (chattes) grâce au numérique, rétablir la race du légendaire Chat-de-Van au LOOF et les origines arméniennes de ce chat porte-bonheur sauvé des eaux par Noé échoué sur le mont Ararat, en Arménie, et dépasser mon handicap grâce à toutes les formes d’expressions artistiques que je peux exploiter : l’écrit sous toutes ses formes, la musique, tous genres confondus, les arts plastiques, le spectacle-vivant, et … l’écran, l’écran, l’écran.

Avec mes pommettes hautes, et mon regard perçant, bleu-céruléen, je capte la lumière pour mieux vous illuminer, surtout ELLE.

L’exposition n’est pas dédiée qu’aux chats : elle vous emmène à la découverte de vos fidèles animaux de compagnie.

Jusqu’au 28 février, www.cite-sciences.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.