Histoires de chats Zen

Histoires de Chats Zen
Histoires de Chats Zen

Récemment sur twitter, je me suis fait pleins de #chamis #chaponais, très actifs sur les réseaux sociaux. Je pense que la pratique du #Zen les aide à révéler leur nature profonde, leur sensibilité, leur Voie, leur Vie Merveilleuse.

J’en ai profité pour m’initier au Zen, pratique #chaponaise, pour comprendre l’essence du zen des chats, et j’ai commencé par lire « Histoires de chats Zen » par Christian Gaudin, dans la collection Le Relié, chez Trédaniel. Très instructif….

Tout commence par un proverbe de Shakyamuni : « Tous les êtres humains et tous les animaux ont la nature de Bouddha toujours présente et immuable en chacun d’eux ». Point de départ de cette question existentielle : qu’est-ce que le Zen ?

Le Zen, c’est se ressourcer quand #cha déborde dans nos esprits, à l’image d’un bol de lait trop rempli. Oui mais : comment vider le trop-plein d’idées ? Marcher sur la Voie ? Et laquelle ? Mumonkan, sage, intervient : « Si votre esprit n’est pas encombré d’un inutile fatras, la Vie Merveilleuse s’ouvre devant vous ». C’est bien beau tout #cha, mais la question demeure entière : qu’est-ce que la Voie, le Vie Merveilleuse des chats ?

Le zen des chats se transmet depuis 2.500 ans, et les chats européens (comme moi) ou siamois transmettent le Dharma, l’éveil à notre véritable nature pour le bien d’autrui. Oui, mais : quelle est la condition pour qu’un chat transmette son expérience ?

Ce qu’il convient d’apprendre avant toute chose, c’est le Zazen, la posture assise qui conduit au #Zen. Un art. Pattes croisées en lotus, se balancer de gauche à droite, saluer et se redresser, en s’appuyant sur ses pattes. L’anus doit regarder le soleil en face, c’est #cha le secret du #Zazen, comme une flèche qui s’élance vers le ciel, le regard vaste.

Deuxième condition : la respiration. L’inspir et l’expir avec l’instant présent. On ne pense ni au passé ni au futur, et on ne prend pas sa vessie pour une lanterne : c’est le Kikai Tanden (Océan de l’Ernergie, en #chaponais). Le secret ? Rechercher la tranquillité au sein du mouvement, et comme le rappelle Musô Soseki : « J’ai jeté cette toute petite chose qu’on appelle « moi » et je suis devenu le monde immense ».

Le #Zazen, c’est juste cela. Cela quoi ? « Simplement cela ». Oui : mais encore ? « Pendant Zazen, c’est la posture telle qu’elle est, notre respiration telle qu’elle est, sans rien ajouter ni retrancher. Zazen, c’est devenir simplement soi-même, simplement cela. »

Suis-je intime avec « cela » ? Je m’interroge. Puis-je prétendre à devenir ce #chat, totalement tel que je suis ?

Pas encore. Troisième ingrédient : la compassion. « Sans compassion, la sagesse n’est que pipi de chat ». C’est aussi cela, apprendre le #Zen, c’est devenir bienveillant, et à la #Chatonnière du #chapon, l’enseignement revendique ces 3 piliers.

Le #Zen, c’est aussi parler aux entités, écouter le son d’une seule patte, être libre. C’est le Koan et le Mushin. « Ce que l’on abandonne, en réalité, se réalise au moment même où on l’abandonne. »

Moi, par exemple, #lanouvelleolympe, eh bien ELLE m’a abandonnée. Il a fallu en passer par là pour qu’ELLE comprenne la véritable richesse que je lui apportais, que l’on s’offrait mutuellement. Après m’avoir récupérée, ELLE m’a observée, en liberté, et a découvert « la légèreté » de mon moi le plus intime, et du sien par la même occasion.

Cet ouvrage, très bien illustré, sous couvert de naïveté et de #chaponnerie, apporte des réponses précises, de maître à disciple, pour s’éveiller et se libérer de toute intention. Car la véritable sagesse, c’est devenir soi-même, se révéler.

Pratiquez vous aussi le #Zazen, plusieurs jours, comme lors d’une Sesshin, sorte de retraite #Zen. Faites silence, trouvez votre Voie, le Satori, et apprenez les quatre vœux, Siguseigan, du Bodhi-chat-va. Alors, pourrez-vous rencontrer l’état de Bouddha, « L’Eveillé », qui initie à la cosmogonie, car « Nous avons tous au fond de nous cette même origine de la vie cosmique ».

Cet enseignement millénaire des chats zen du temple de la Chatonnière, transmis depuis le Bouddha Chakyaminou est mon conseil de lecture de cette semaine. Une collection pour nous les #chamis, #chaponais mais pas que.

Merveilleux Chat et autres récits Zen
Merveilleux Chat et autres récits Zen

Que vous pouvez compléter en lisant l’ouvrage de Karlfried Grad Düeckheim : « Merveilleux chat et autres récits Zen », aux éditions Le Courrier du Livre, toujours chez Trédaniel. L’un des récits, relate l’enseignement secret d’une ancienne école d’escrime japonaise. Dans sa maison, le maître Shoken voulait se débarrasser d’un gros rat. Aucun des chats auxquels il fit appel ne réussit à combattre le nuisible rongeur. Tous, pourtant, se référaient à l’une de leur technique parfaite, tantôt le Shosa, le talent seul, le Ki wo neru, la puissance, le Kokoro, la force du cœur. Cela n’était pas suffisant. Jusqu’à ce chat sage, qui eut le dessus sur le rat. Son secret ? Parvenir à une absence de dessein. Ce chat avait trouvé la Voie, et le Satori, le Grand Eveil. « S’éveiller, regarder en son propre être, se percevoir soi-même, tout cela est la même chose ».

Cet ouvrage, à partir d’exemples concrets entre maîtres et disciples humains, approfondit le #Zen, et l’atteinte du Satori, ou du Mui : la vie de la Grande Nature, la vie de celui qui s’est transformé, qui a atteint la sagesse, illuminé et apaisé. Les exemples et contes ne constituent qu’un prologue avant de passer aux exercices, expliqués avec soin, pour parvenir à l’assise juste. L’auteur est psychologue, professeur de méditation et maître spirituel. Au Japon, il a découvert l’intérêt du Zen méditatif pour la santé spirituelle.

La semaine prochaine, je vous parle du Yoga pour chats, de Claire et Christian Gaudin. D’ici-là, méditez pour renaître, car « La nouvelle naissance au sens du satori, c’est bien plutôt l’éclosion de la VIE dans l’intériorité de l’être humain tout entier », et du #chat.

Histoires de chats zen, de Christian Gaudin, éditions le Relié, 14,90 euros, 45 pages illustrées.

Merveilleux chat et autres récits zen, de Karlfried Graf Düeckheim, aux éditions le Courrier du Livre, 18 euros, 155 pages de sagesse.

www.editions-tredaniel.com